Spectacle balinais ce 27 mars 2022 – musique et danse classiques rares (première en Europe)

Bonjour,

Le dimanche 27 mars 2022, notre troupe Puspawarna de musiques et danses de Bali, avec nos formidables partenaires balinais professionnels (A.A. Krishna Suteja, aussi compositeur, dirige la musique et Eka la danse) que nous faisons souvent venir des Pays-Bas et de Belgique, va donner un spectacle rare, une première en Europe (sorte d’avant-première de notre ouverture du festival Les Orientales à Angers le 8 juillet 2022).

En particulier, le rare Legong Semarandana, ballet de cour portant sur la genèse shivaïte de l’Amour des couples terrestres et incluant le masque terrible de Rangda.

Le spectacle devrait être bien plus beau que le flyer ci-dessous.

Dimanche 27 mars 17h30, L’Etang la Ville, salle de l’Auberderie
Réservation obligatoire au 06 23 06 90 25

Exposition “Inventer l’Indochine”

La bibliothèque de l’Institut de Géographie de Paris a travaillé à l’élaboration d’une exposition de ses cartes d’Indochine en lien avec des enseignants-chercheurs de l’Institut de Géographie : l’exposition Inventer l’Indochine. Cartographier l’ailleurs (1873-1936) sera présentée au public dans ses murs à compter du 7 mars prochain et jusqu’au 23 juillet 2022.

L’équipe de la bibliothèque vous invite à venir la découvrir dans les horaires d’ouvertures et à partager l’information. Pour les personnes extérieures à l’Institut de Géographie et les groupes (dans la limite de 15 personnes), merci d’adresser au préalable un courriel à bibgeo@bis-sorbonne.fr.

Adresse:
Institut de Géographie
191 rue Saint-Jacques
75005 Paris

Horaires d’ouverture de la bibliothèque :
Lundi, mardi, mercredi, vendredi : de 9h00 à 18h30
Jeudi : de 12h00 à 18h30 le jeudi
Samedi : de 10h00 à 17h00

Séminaire EPHE “Qu’est-ce qu’une entité spirituelle ?” – 17 mars-12 mai.

Qu’est-ce qu’une entité spirituelle ?   

Séminaire de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE), section Sciences Religieuse  

Grégoire Schlemmer 

Cycle de 5 conférences

Un jeudi sur deux, du 17 mars au 12 mai, 10h-12h

Dieux, esprits, génies, fantômes, etc. Quelles réalités désignent ces mots, tant pour ceux qui les pensent que pour le chercheur ? Comment approcher ces entités évanescentes mais au cœur de ce que l’on nomme le religieux ? Comment rendre compte de la manière dont elles sont conçues, vécues et, surtout, de ce qui se construit autour ? Qu’est-ce qu’elles révèlent d’une société ? Voici quelques-unes des questions qui animeront ce séminaire. En s’appuyant sur une ethnographie précise (celle des Kulung, du Népal), on cherchera à développer simultanément l’objet, la méthodologie pour en rendre compte, et ses soubassements épistémologiques, ce qui nous amènera à revisiter de nombreux thèmes de l’anthropologie et des sciences religieuses.   

Ce séminaire, ouvert à tous, s’adresse plus particulièrement aux étudiants de master et de doctorat ainsi qu’aux chercheurs, et il peut être validé comme UE d’approfondissement thématique du Master Science des Religions et Société (SRS).  

Les 5 séances auront lieu de 10h à 12h au 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, les jeudi 17 et 31 mars en salle 3, les jeudis 14, 28 avril et le 12 mai en salle 5.

Contact : gregoire.schlemmer@ird.fr

Anthropologie comparée de l’Asie du Sud-Est” – séance 17 mars – François Robinne : Pour une anthropographie des carrefours sociaux

Lors de séance du jeudi 17 mars du séminaire Anthropologie comparée de l’Asie du Sud-Est, nous accueillerons François Robinne, anthropologue, directeur de recherche au CNRS, membre de l’Institut de recherches asiatiques (IrASIA) pour une intervention intitulée “Pour une anthropographie des carrefours sociaux”.

Résumé : C’est une chose de prendre pour objet d’étude ces espaces transethniques que sont les carrefours sociaux. Encore faut-il comprendre comment de telles nébuleuses linguistiques, culturelles et religieuses se croisent, s’articulent et s’organisent ; comment des réseaux d’échanges et d’entraides participent aux métamorphoses identitaires ; comment les formes de répartition entre différentes sphères du social en viennent à produire une grammaire commune intelligible par tous. Il s’agit en d’autres termes d’explorer des carrefours sociaux en vue d’interroger la consistance – le tenir ensemble – de paysages hétérogènes.

Pour le montrer, l’argumentaire portera dans un premier temps sur les catégories de pratiques qui, en ethnologie, tendent à imposer – à surimposer – le déterminisme ethnique, tout du moins jusqu’au récent virage cosmopolitique. Dans un second temps, sera envisagée l’articulation de trois sphères convergentes – ou catégories d’analyse – que sont : 1) les paysages décentrés, où la catégorie ethnique s’efface au profit de la condition cosmopolite, 2) les paysages intégrés qui s’autorégulent sur la base de dynamiques relationnelles et de représentations symboliques partagées, 3) les paysages non bornés, où les frontières sont faites pour être franchies. [en PJ, plan de l’intervention et bibliographie].

L’intervention (14h-16h) sera suivie d’un Atelier (16h-17h) pour discuter d’un article de Alexander Horstmann, 2002, « Incorporation and Resistance: Border- Crossings and Social Transformation in Southeast Asia », Anthropologi Indonesia 67: 12–29.

La séance se tiendra dans le Grand Salon de la Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson (M°Trocadéro ou Iéna).

Pour celles et ceux qui souhaitent suivre la séance en présentiel, le lien est le suivant :

https://webinaire.ehess.fr/b/sch-msw-h1g

Par Vanina Bouté, Yves Goudineau, Catherine Scheer

BOURSES DE TERRAIN DE L’IRASEC

L’IRASEC met à concours chaque année deux bourses d’aide à la recherche sur le terrain. Ces bourses s’adressent à des personnes de toutes nationalités, inscrites en doctorat dans une université française poursuivant des recherches sur l’Asie du Sud-Est contemporaine. Elles sont destinées à mener des enquêtes de terrain sur la thématique du doctorat ou à approfondir des recherches déjà engagées en thèse.

Date limite d’envoi des candidatures : 31 mars 2022.

Voir les conditions d’éligibilité et de candidatures https://www.irasec.com/page33

Invitation to the conference “REGIONAL ORDER IN (POST)-PANDEMIC ASIA”

on behalf of the Department of Asian Studies and the Centre for Asian Affairs of the University of Lodz (Poland), we are pleased to invite you to the 17th Lodz East Asia Meeting “REGIONAL ORDER IN (POST)-PANDEMIC ASIA”.
 
Last year we organized our symposium online, but we hope to meet you in a hybrid formula this year. We cordially invite all of you to Lodz, yet we also provide the opportunity to participate in the conference online, allowing participants to join the meeting despite pandemic restrictions.
Regardless of the form of participation you choose, we guarantee a friendly scientific atmosphere and a lot of topics for conversation – from keynote speaker’s speech through special panels to plenary sessions.
It will be a great pleasure for us to meet and talk about the opportunities and challenges related to the Asian region.
 
Please read the Call for Papers, register and submit your abstracts: http://leam.uni.lodz.pl/submit-form/
 
The deadline for abstract submission is March 30, 2022.
 
The event will take place at the Faculty of International and Political Studies of the University of Lodz on June 27-28, 2022 (Monday-Tuesday) and online.
 
Feel free to disseminate this call within your faculties and among your partners to interested researchers. If you have any questions, please write: leam@uni.lodz.pl
 
On behalf of the Organizing Committee
 
Prof. Tomasz Kamiński
Department of Asian Studies
Faculty of International and Political Studies
University of Lodz, Poland

Séminaire Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et modern

Année 2021-2022 (premier semestre 2022)

Séminaire commun EHESS-INALCO, du 28 février mars au 27 juin 2022,

les lundis de 16 h 30 à 18 h 30, à l’INALCO (salle 6.06, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris)

– Eric Bourdonneau (maître de conférences à l’EFEO, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS-INALCO)
– Grégory Mikaelian (chargé de recherches au CNRS, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS-INALCO)
– Intervenant extérieur pour l’année 2021-2022 : Marie Aberdam, chargée de cours d’histoire de l’Asie du Sud-Est à l’INALCO, membre associée du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS-INALCO).

Ce séminaire se propose de mener conjointement l’examen de corpus de natures et d’époques différentes en relevant, dans chacun des cas, les éléments susceptibles d’alimenter une première réflexion sur la pratique de l’écrit (et son inscription plus ou moins profonde dans l’oralité), sur les formes de la mémoire et sur l’élaboration des principes du droit. Ce faisant, il s’agit de s’interroger sur la nature de nos sources (qui ne l’ont pas toujours été en ce sens) en prêtant attention, ici comme ailleurs, à leurs conditions de production, d’usage et de réception.

En 2021-2022, les séances consacrées aux textes les plus anciens, ceux du corpus des inscriptions antérieures au XVe siècle, prendront le temps avant tout de revenir sur les méthodes et les choix de traduction priviligiés jusqu’à présent dans la littérature. Le récent développement des traductions « vers le khmer moderne » retiendra particulièrement notre attention. Les séances s’appuieront ici sur une sélection d’inscriptions des grandes « maisons » aristocratiques angkoriennes, datées principalement des Xe et XIe siècles, lors de ce « Moyen-Âge central » qui voit l’affirmation d’un usage narratif du khmer et la multiplication des inscriptions dans lesquelles l’historiographie a pris l’habitude de reconnaître des textes de nature « juridique » ou « administrative » (une qualification qui n’est pas sans poser problème).

Nous reviendrons également à l’étude des matériaux juridiques du XVIIe siècle en abordant le Cpāp’duṃnīm pīy° purā̎n (c. 1691-1704), code traduit approximativement par l’administrateur colonial Adhémard Leclère en 1898, puis étudié en détail par Saveros Pou dans le cadre de ses séminaires de « Philologie khmère moyenne » en 1984. L’enjeu sera d’en donner une lecture ainsi qu’une traduction qui tiennent compte des avancées de la connaissance historique concernant les réformes institutionnelles et juridiques menées par les rois khmers du XVIIe siècle. Partie prenante d’une vaste codification royale, ce texte contraste fortement avec les lois qui lui sont contemporaines aussi bien par sa forme narrative et vivante que par sa visée explicitement « jurisprudentielle » : organisé en une cinquantaine de récits coutumiers, son propos est en effet d’énoncer les dols mémorables du siècle écoulé que le législateur mobilise à la manière d’une « tradition » justifiant une révision des pratiques judiciaires.

Nous étudierons enfin des lettres de requêtes, plaintes et pétitions émanant de collectivités rurales, des années 1920 à 1940, et adressées aux autorités khmères et françaises. Conservées dans les archives de la Résidence supérieure du Cambodge (Archives Nationales du Cambodge) et dans les fonds du Gouvernement général de l’Indochine (Archives Nationales de la France d’Outre-Mer), ces lettres rédigées en khmer et traduites en français donnent notamment à voir la segmentation sociale en milieu rural et les relations qu’entretiennent les habitants avec leur territoire. Ce corpus nous permettra d’étudier l’exercice de la traduction en situation coloniale, mais également de repérer les traces laissées par les pratiques scripturaires de la royauté khmère à l’époque coloniale au sein de cet usage nouveau de l’écrit par les populations.