Archives de catégorie : Evènements culturels

Lancement de l’Asie du Sud-Est 2022 – IRASEC

Lancement du livre L’Asie du Sud-Est 2022
Bilan, enjeux et perspectives

Lundi 21 mars 2022 de 18h30 à 20h30 (heure de Bangkok)
Auditorium de Alliance Française de Bangkok,
Entrée libre : inscription obligatoire

Vous pouvez également suivre le débat en ligne sur Zoom :
https://zoom.us/j/97810943414

https://irasec.us5.list-manage.com/track/click?u=63a7d0b8085f35d4a5e5797eb&id=356596e92d&e=c3e5a2b6fa

Ouverture de l’événement par l’ambassadeur de France en Thaïlande,
SE Thierry Mathou

Cinq auteurs (Adèle Esposito Andujar, Christine Cabasset, Jean-Philippe Eglinger,
Éric Frécon et Jérôme Samuel) débattront lors d’un événement hybride (en présentiel et en ligne) co-organisé par l’Alliance Française de Bangkok
et animé par Pierre Prakash, directeur adjoint Asie de l’International Crisis Group.
 

Le livre est dès à présent accessible sur le site de l’Irasec,
et sur la plateforme OpenEdition Books.


Voir le sommaire
Lire le livre au format pdf ou epub

Spectacle balinais ce 27 mars 2022 – musique et danse classiques rares (première en Europe)

Bonjour,

Le dimanche 27 mars 2022, notre troupe Puspawarna de musiques et danses de Bali, avec nos formidables partenaires balinais professionnels (A.A. Krishna Suteja, aussi compositeur, dirige la musique et Eka la danse) que nous faisons souvent venir des Pays-Bas et de Belgique, va donner un spectacle rare, une première en Europe (sorte d’avant-première de notre ouverture du festival Les Orientales à Angers le 8 juillet 2022).

En particulier, le rare Legong Semarandana, ballet de cour portant sur la genèse shivaïte de l’Amour des couples terrestres et incluant le masque terrible de Rangda.

Le spectacle devrait être bien plus beau que le flyer ci-dessous.

Dimanche 27 mars 17h30, L’Etang la Ville, salle de l’Auberderie
Réservation obligatoire au 06 23 06 90 25

Exposition “Inventer l’Indochine”

La bibliothèque de l’Institut de Géographie de Paris a travaillé à l’élaboration d’une exposition de ses cartes d’Indochine en lien avec des enseignants-chercheurs de l’Institut de Géographie : l’exposition Inventer l’Indochine. Cartographier l’ailleurs (1873-1936) sera présentée au public dans ses murs à compter du 7 mars prochain et jusqu’au 23 juillet 2022.

L’équipe de la bibliothèque vous invite à venir la découvrir dans les horaires d’ouvertures et à partager l’information. Pour les personnes extérieures à l’Institut de Géographie et les groupes (dans la limite de 15 personnes), merci d’adresser au préalable un courriel à bibgeo@bis-sorbonne.fr.

Adresse:
Institut de Géographie
191 rue Saint-Jacques
75005 Paris

Horaires d’ouverture de la bibliothèque :
Lundi, mardi, mercredi, vendredi : de 9h00 à 18h30
Jeudi : de 12h00 à 18h30 le jeudi
Samedi : de 10h00 à 17h00

Anne Yvonne Guillou, film “Untold memories of Cambodia” – séminaire LAS « anthropologie du visuel : pratiques filmiques et anthropologiques », mardi 15 février

Normal 0 21 false false false FR X-NONE TH

Anthropologue et réalisatrice. Chargée de Recherche au CNRS
Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Nanterre)Directrice
de la MSH Mondes

De l’écriture anthropologique à la pratique documentaire et
retour

Projection du film Untold memories of Cambodia (2019, 48 mns)

Réalisation : Anne Yvonne Guillou 

 Film en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages)

Coproduction CNRS/CASE- PCRD/SEATIDE-ERC/Corpses of
Mass Violence Programme-GIZ

  « Anthropologie du visuel : pratiques filmiques et anthropologiques » Mardi 15 février, de 15h30 à 18h30salle 2 du Collège de France

          Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire du Kampuchea Démocratique (« régime khmer rouge ») est responsable de la mort d’un quart de la population (plus de 1,7 million de personnes) entre 1975 et 1979. Depuis 2007, le « Tribunal des Khmers Rouges » juge à Phnom Penh les principaux dirigeants polpotistes. En guise de compensation, il propose aux parties civiles le financement d’œuvres mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe, ainsi qu’une assistance psychologique, initiée, quant à elle, après la seconde guerre du Viêt Nam auprès des vétérans étatsuniens, dans les années 1970-1980. Autant de mesures de réparations qui confortent, dans la presse et dans l’espace public mondialisés, l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul et souffrant de ses propres oublis.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe (imbriquant « bouddhisme » et « animisme »), dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique, principalement dans la région de Pursat (ouest du Cambodge — une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passe par leurs propres participations aux rituels.

Ce documentaire est l’aboutissement d’un tâtonnement long et (très) conflictuel travail à quatre mains, celles d’un monteur et d’une anthropologue, investis dans toutes les étapes de la réalisation — écriture, filmage et montage. Le résultat se présente en définitive comme une transcription audio-visuelle de textes anthropologiques écrits, tournés sur les lieux de l’enquête ethnographique, auprès des familiers de l’anthropologue. La place de l’anthropologue dans le documentaire est ambigüe, entre absence et omniprésence.

Le Centre Pompidou propose la première exposition majeure dédiée à Bagyi Aung Soe (1923-1990), figure pionnière et prolifique de l’art moderne birman.

Une sélection de plus de trois cents œuvres et documents retrace son évolution sur quatre décennies, des années 1940 à 1990 : huiles sur toile, œuvres au feutre sur papier, peintures sous verre et illustrations sont accompagnées d’archives et de manuscrits originaux. Explorant l’association de ses héritages artistiques et spirituels – art moderne occidental, pensée de Rabindranath Tagore, préceptes et pratiques du bouddhisme, art classique et populaire birman et autres arts d’Asie – dans un contexte historiquement mouvementé, cette exposition a pour objet de mettre en valeur la modernité artistique spécifique et plurielle de Bagyi Aung Soe.

Réservation en ligne obligatoire
Voir : https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/S8ihzRU