Archives de catégorie : Enseignements et séminaires

MA programme “Manuscript Cultures” (Hamburg)

the next application period for the English-taught MA programme “Manuscript Cultures” is about to open: Candidates can apply from 1 June to 15 July 2022 for an intake in October 2022.

Please help us reach suitable candidates with a first qualifying degree by circulating this e-mail in your network.

We offer qualifying fellowships that both international and German students can apply for and – this is new – a live Q&A session on Zoom in which Prof. Dr. Alessandro Bausi and myself answer the applicants’ questions.

http://www.csmc.uni-hamburg.de/

EuroSEAS Masterclass 2022

EuroSEAS Masterclass 2022

In connection with the upcoming EuroSEAS conference in Paris-Aubervilliers from 28 June – 2 July 2022, EuroSEAS organizes, in cooperation with the Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), a masterclass for a limited number of PhD students from European universities who work on Southeast Asia in the field of the Humanities and Social Sciences. The masterclass will take place on 28 June 2022.

Aim

The aim of this PhD workshop is to bring together young academics from a broad range of disciplines focusing on a diverse range of topics concerning Southeast Asia. The PhD students present their research proposal or a key chapter of their thesis and co-comment on another PhD candidates’ project.

A panel of carefully selected senior Southeast Asia scholars covering a broad range of specializations will provide constructive feedback on the writings.

Application and deadline

Students interested in this masterclass should send an application consisting of a:
-cover letter
-1 page CV
-project/research description of max 1000 words
-letter of recommendation from the supervisor

to the Secretary of EuroSEAS, Sikko Visscher: euroseas@kitlv.nl

Deadline

The closing date for submissions is 15 April 2022.

Financial support

For those who will be physically present in Paris, EuroSEAS will offer modest financial support (max. 500 Euro and a reduced conference fee), but the home universities of the participants are expected to cover part of the costs as well.
https://afrase.hypotheses.org/adhesion

75016 PARIS https://afrase.hypotheses.org/

Séminaire Dialogues entre recherches classiques et actuelles sur l’Asie du Sud-Est avec Paul Christensen

Pour la prochaine séance du séminaire “Dialogues entre recherches classiques et actuelles sur l’Asie du Sud-Est”, le jeudi 17 mars de 10h30 à 12h30 en salle 25-B du bâtiment EHESS Condorcet, nous aurons le plaisir d’accueillir Paul Christensen (Université de Göttingen) pour un exposé présentant son nouveau projet de recherche au Cambodge et intitulé “Land and sand, -scaped and shaped”. Il sera donc, une nouvelle fois, question de sable.

Paul Christensen nous invitera à relire plusieurs extraits de la thèse soutenue par May Ebihara à Columbia en 1968, Svay, a Khmer Village in Cambodia (pp.5-13, 279-287, 573-577), disponibles sur le nextcloud du séminaire : https://mesdocuments.aria.ehess.fr/s/pctRHjBbCW3kD3z. Vous y trouverez également quelques lectures complémentaires :

Anna L. Tsing, “Natural Resources and Capitalist Frontiers”, Economic and Political Weekly 38 (48), 2003

Melissa Marschke, Jean-François Rousseau, Laura Beckwith, Lukas Van Arragon, Displaced Sand, Displaced People: Examining the Livelihood Impacts of Sand Mining in Cambodia, Paris, AFD, 2021

Résumé

The lecture “Land and sand, -scaped and shaped” consists of two parts: first, it will focus on the work of May Ebihara, whose village study “Svay – a Khmer village in Cambodia” made a significant contribution to our knowledge of Cambodia before the second and third Indochina wars. Her work continues to provide inspiration for current research projects such as that of Dr Paul Christensen, whose research project examines how the extraction of the natural common resource of sand is negotiated in the context of Southeast Asia (particularly Cambodia and Singapore).
The increasing demand for construction aggregates makes sand and gravel the most used natural resources in the world, but sand resources are already depleted in many places. Large consumers such as China and Singapore need large quantities of sand from Southeast Asian countries, especially from coastal areas and river delta areas such as the Mekong. However, intensive mining promotes the destruction of ecosystems and creates political and social conflicts. After export bans of sand in Malaysia Indonesia and Cambodia, illegal trade is also flourishing, driven by the high profit margins of the sand trade. The project will answer the question of how landscapes and sandscapes are negotiated in Southeast Asia and what are the social consequences of sand mining in Southeast Asia. What social consequences, ecological dynamics, but also possible potentials does sand mining provoke for the actors involved? Dr Paul Christensen presents his research design for a future study of sand landscapes in Southeast Asia.

En espérant vous retrouver nombreuses et nombreux,

Séminaire EPHE “Qu’est-ce qu’une entité spirituelle ?” – 17 mars-12 mai.

Qu’est-ce qu’une entité spirituelle ?   

Séminaire de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE), section Sciences Religieuse  

Grégoire Schlemmer 

Cycle de 5 conférences

Un jeudi sur deux, du 17 mars au 12 mai, 10h-12h

Dieux, esprits, génies, fantômes, etc. Quelles réalités désignent ces mots, tant pour ceux qui les pensent que pour le chercheur ? Comment approcher ces entités évanescentes mais au cœur de ce que l’on nomme le religieux ? Comment rendre compte de la manière dont elles sont conçues, vécues et, surtout, de ce qui se construit autour ? Qu’est-ce qu’elles révèlent d’une société ? Voici quelques-unes des questions qui animeront ce séminaire. En s’appuyant sur une ethnographie précise (celle des Kulung, du Népal), on cherchera à développer simultanément l’objet, la méthodologie pour en rendre compte, et ses soubassements épistémologiques, ce qui nous amènera à revisiter de nombreux thèmes de l’anthropologie et des sciences religieuses.   

Ce séminaire, ouvert à tous, s’adresse plus particulièrement aux étudiants de master et de doctorat ainsi qu’aux chercheurs, et il peut être validé comme UE d’approfondissement thématique du Master Science des Religions et Société (SRS).  

Les 5 séances auront lieu de 10h à 12h au 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, les jeudi 17 et 31 mars en salle 3, les jeudis 14, 28 avril et le 12 mai en salle 5.

Contact : gregoire.schlemmer@ird.fr

Anthropologie comparée de l’Asie du Sud-Est” – séance 17 mars – François Robinne : Pour une anthropographie des carrefours sociaux

Lors de séance du jeudi 17 mars du séminaire Anthropologie comparée de l’Asie du Sud-Est, nous accueillerons François Robinne, anthropologue, directeur de recherche au CNRS, membre de l’Institut de recherches asiatiques (IrASIA) pour une intervention intitulée “Pour une anthropographie des carrefours sociaux”.

Résumé : C’est une chose de prendre pour objet d’étude ces espaces transethniques que sont les carrefours sociaux. Encore faut-il comprendre comment de telles nébuleuses linguistiques, culturelles et religieuses se croisent, s’articulent et s’organisent ; comment des réseaux d’échanges et d’entraides participent aux métamorphoses identitaires ; comment les formes de répartition entre différentes sphères du social en viennent à produire une grammaire commune intelligible par tous. Il s’agit en d’autres termes d’explorer des carrefours sociaux en vue d’interroger la consistance – le tenir ensemble – de paysages hétérogènes.

Pour le montrer, l’argumentaire portera dans un premier temps sur les catégories de pratiques qui, en ethnologie, tendent à imposer – à surimposer – le déterminisme ethnique, tout du moins jusqu’au récent virage cosmopolitique. Dans un second temps, sera envisagée l’articulation de trois sphères convergentes – ou catégories d’analyse – que sont : 1) les paysages décentrés, où la catégorie ethnique s’efface au profit de la condition cosmopolite, 2) les paysages intégrés qui s’autorégulent sur la base de dynamiques relationnelles et de représentations symboliques partagées, 3) les paysages non bornés, où les frontières sont faites pour être franchies. [en PJ, plan de l’intervention et bibliographie].

L’intervention (14h-16h) sera suivie d’un Atelier (16h-17h) pour discuter d’un article de Alexander Horstmann, 2002, « Incorporation and Resistance: Border- Crossings and Social Transformation in Southeast Asia », Anthropologi Indonesia 67: 12–29.

La séance se tiendra dans le Grand Salon de la Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson (M°Trocadéro ou Iéna).

Pour celles et ceux qui souhaitent suivre la séance en présentiel, le lien est le suivant :

https://webinaire.ehess.fr/b/sch-msw-h1g

Par Vanina Bouté, Yves Goudineau, Catherine Scheer

Séminaire Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et modern

Année 2021-2022 (premier semestre 2022)

Séminaire commun EHESS-INALCO, du 28 février mars au 27 juin 2022,

les lundis de 16 h 30 à 18 h 30, à l’INALCO (salle 6.06, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris)

– Eric Bourdonneau (maître de conférences à l’EFEO, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS-INALCO)
– Grégory Mikaelian (chargé de recherches au CNRS, membre du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS-INALCO)
– Intervenant extérieur pour l’année 2021-2022 : Marie Aberdam, chargée de cours d’histoire de l’Asie du Sud-Est à l’INALCO, membre associée du CASE, UMR 8170, CNRS-EHESS-INALCO).

Ce séminaire se propose de mener conjointement l’examen de corpus de natures et d’époques différentes en relevant, dans chacun des cas, les éléments susceptibles d’alimenter une première réflexion sur la pratique de l’écrit (et son inscription plus ou moins profonde dans l’oralité), sur les formes de la mémoire et sur l’élaboration des principes du droit. Ce faisant, il s’agit de s’interroger sur la nature de nos sources (qui ne l’ont pas toujours été en ce sens) en prêtant attention, ici comme ailleurs, à leurs conditions de production, d’usage et de réception.

En 2021-2022, les séances consacrées aux textes les plus anciens, ceux du corpus des inscriptions antérieures au XVe siècle, prendront le temps avant tout de revenir sur les méthodes et les choix de traduction priviligiés jusqu’à présent dans la littérature. Le récent développement des traductions « vers le khmer moderne » retiendra particulièrement notre attention. Les séances s’appuieront ici sur une sélection d’inscriptions des grandes « maisons » aristocratiques angkoriennes, datées principalement des Xe et XIe siècles, lors de ce « Moyen-Âge central » qui voit l’affirmation d’un usage narratif du khmer et la multiplication des inscriptions dans lesquelles l’historiographie a pris l’habitude de reconnaître des textes de nature « juridique » ou « administrative » (une qualification qui n’est pas sans poser problème).

Nous reviendrons également à l’étude des matériaux juridiques du XVIIe siècle en abordant le Cpāp’duṃnīm pīy° purā̎n (c. 1691-1704), code traduit approximativement par l’administrateur colonial Adhémard Leclère en 1898, puis étudié en détail par Saveros Pou dans le cadre de ses séminaires de « Philologie khmère moyenne » en 1984. L’enjeu sera d’en donner une lecture ainsi qu’une traduction qui tiennent compte des avancées de la connaissance historique concernant les réformes institutionnelles et juridiques menées par les rois khmers du XVIIe siècle. Partie prenante d’une vaste codification royale, ce texte contraste fortement avec les lois qui lui sont contemporaines aussi bien par sa forme narrative et vivante que par sa visée explicitement « jurisprudentielle » : organisé en une cinquantaine de récits coutumiers, son propos est en effet d’énoncer les dols mémorables du siècle écoulé que le législateur mobilise à la manière d’une « tradition » justifiant une révision des pratiques judiciaires.

Nous étudierons enfin des lettres de requêtes, plaintes et pétitions émanant de collectivités rurales, des années 1920 à 1940, et adressées aux autorités khmères et françaises. Conservées dans les archives de la Résidence supérieure du Cambodge (Archives Nationales du Cambodge) et dans les fonds du Gouvernement général de l’Indochine (Archives Nationales de la France d’Outre-Mer), ces lettres rédigées en khmer et traduites en français donnent notamment à voir la segmentation sociale en milieu rural et les relations qu’entretiennent les habitants avec leur territoire. Ce corpus nous permettra d’étudier l’exercice de la traduction en situation coloniale, mais également de repérer les traces laissées par les pratiques scripturaires de la royauté khmère à l’époque coloniale au sein de cet usage nouveau de l’écrit par les populations.

Création du Groupe de Recherche sur la Birmanie (GRBirmanie)

 

Le Groupe Recherche Birmanie est né de la volonté de chercheurs francophones et spécialistes de la Birmanie, de créer un espace inédit d’échanges, après les événements politiques qu’a connus le pays en 2021. Ce groupe de travail propose de réfléchir collectivement aux méthodologies et à l’éthique de la recherche, dans un pays marqué par une crise politique qui s’installe dans la durée, près d’un an après le coup d’État du 1er février 2021. Rassemblant plusieurs générations de chercheurs.ses de terrain, ce groupe a pour vocation d’être un espace de partage et d’élaboration de perspectives communes pour la recherche francophone en Birmanie.

Co-organisateurs du GRBirmanie

Aurore Candier (Historienne, ATER Université Paris-Est Créteil, CASE)

Stéphen Huard (ATER EHESS, CASE)

Chloé Bails (Doctorante, EPHE, GSRL – CASE)

Lauriane Simony (Maître de Conférences CY Cergy Paris Université, AGORA)

Pour toute information complémentaire, écrivez-nous à baillschloe@gmail.com ou

huard.stephen@gmail.comDemi-journées d’étude le 16 février et le 13 avril 2022
Lieu : Centre des Colloques, Campus Condorcet (Aubervillers)

Programme du 16 février 2022

Thème :  

Retour d’expérience sur les coups : réflexivité, émotion et censure en contexte de violence

13h30 Accueil des participants

13h45 Mots d’introduction – Stéphen Huard (anthropologue, ATER EHESS, CASE)

13h50 – 14h30 Discussion 1

Intervention : Bénédicte Brac de la Perrière (ethnologue CNRS, CASE) – « Remarques et questions concernant l’expérience du retour sur le terrain après un coup d’État et sa reproductibilité dans la situation actuelle. »

Discutant : Stéphen Huard (anthropologue, ATER EHESS, CASE)

14h30 – 15h10 Discussion 2

Intervention : Alexandra de Mersan (ethnologue, Maître de Conférence INALCO, CASE) – « Comment peut-on ne pas travailler sur les musulmans d’Arakan ? »

Discutant : Maxime Boutry (ethnologue, CASE)

15h10 – 15h30 Pause

15h30 – 16h00 Discussion 3

Intervention : Aurore Candier (historienne, ATER Université Paris-Est Créteil, CASE) « Le coup vu de l’intérieur : entre immédiateté du moment et lecture rétrospective des évènements »

Discutante : Lauriane Simony (historienne, Maître de Conférences CY Cergy Paris Université, AGORA)

16h00 – 17h00 Discussion collective (animée par Stéphen Huard)

Anne Yvonne Guillou, film “Untold memories of Cambodia” – séminaire LAS « anthropologie du visuel : pratiques filmiques et anthropologiques », mardi 15 février

Normal 0 21 false false false FR X-NONE TH

Anthropologue et réalisatrice. Chargée de Recherche au CNRS
Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Nanterre)Directrice
de la MSH Mondes

De l’écriture anthropologique à la pratique documentaire et
retour

Projection du film Untold memories of Cambodia (2019, 48 mns)

Réalisation : Anne Yvonne Guillou 

 Film en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages)

Coproduction CNRS/CASE- PCRD/SEATIDE-ERC/Corpses of
Mass Violence Programme-GIZ

  « Anthropologie du visuel : pratiques filmiques et anthropologiques » Mardi 15 février, de 15h30 à 18h30salle 2 du Collège de France

          Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire du Kampuchea Démocratique (« régime khmer rouge ») est responsable de la mort d’un quart de la population (plus de 1,7 million de personnes) entre 1975 et 1979. Depuis 2007, le « Tribunal des Khmers Rouges » juge à Phnom Penh les principaux dirigeants polpotistes. En guise de compensation, il propose aux parties civiles le financement d’œuvres mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe, ainsi qu’une assistance psychologique, initiée, quant à elle, après la seconde guerre du Viêt Nam auprès des vétérans étatsuniens, dans les années 1970-1980. Autant de mesures de réparations qui confortent, dans la presse et dans l’espace public mondialisés, l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul et souffrant de ses propres oublis.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe (imbriquant « bouddhisme » et « animisme »), dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique, principalement dans la région de Pursat (ouest du Cambodge — une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passe par leurs propres participations aux rituels.

Ce documentaire est l’aboutissement d’un tâtonnement long et (très) conflictuel travail à quatre mains, celles d’un monteur et d’une anthropologue, investis dans toutes les étapes de la réalisation — écriture, filmage et montage. Le résultat se présente en définitive comme une transcription audio-visuelle de textes anthropologiques écrits, tournés sur les lieux de l’enquête ethnographique, auprès des familiers de l’anthropologue. La place de l’anthropologue dans le documentaire est ambigüe, entre absence et omniprésence.

Programme “EHESS Spring Talks 2022″/ Le Mois de l’international de l’EHESS 2022

EHESS launches its second edition of the EHESS Spring Talks, organized from March 24 to April 22, 2022. The event, by means of daily online sessions, aims at promoting EHESS’s highly original interdisciplinary, research-based style of pedagogy and training.All along those four weeks, EHESS will set up some twenty online events with more than 40 of its professors from all backgrounds, both geographic and disciplinary.
This year, EHESS will also organize round tables dedicated to the presentation of books and journals supervised by its publishing house.
These online events, designed for EHESS’s partner institutions’ students and scholars around the world are to be repeated every year. And each year the event will broach new topics and new approaches in order to progressively encompass the wealth of seminars taught at the Ecole, whereby offering insights into its interdisciplinary dimension.
This year’s 18 online talks are scheduled from 24 March to 22 April 2022. EHESS scholars will engage in one-hour live discussion with a moderator on the topic of their research seminar, in English or French. For this new edition, the speakers will also be able to present their books or the scientific journals they supervise. The format of the talks envisages some discussion time to which the audience online will be warmly invited to participate.
 All sessions are held at 3:00 p.m. (Paris time) and will be recorded and accessible via the EHESS YouTube channel.The procedure explaining how to join the live sessions will be notified to the participants upon registration.
Programme / InscriptionProgram / RegistrationPrograma / Inscripción
Discover the program of the 18 seminars sessions with :
Etienne Anheim ; Vincent Azoulay ; Janine Barbot ; Vanina Bouté ; Frédéric Brahami ; Falk Bretschneider ; Giovanni Careri ; Barbara Carnevali ; Laura Centemeri ; Anne Cheng ; Nathalie Clayer ; Grégory Delaplace ; Nicolas Dodier ; Pierre-Antoine FabreBeatriz Fernandez ; Simona Forti ; Charles Girard ; Nilufer Göle ; Sibylle Gollac ; Yves Goudineau ; Benoît Grévin ; Eva Illouz ; Rainer Maria Kiesow ; Mikaëla Le Meur ; Benjamin Lemoine ; Sabina Loriga ; Lyons ; Rafael Mandressi ; Eric Monnet ; Pierre Monnet ; Sylvain Piron ; Christophe Prochasson ; Richard Rechtman ; Sabine Rutar ; Catherine Scheer ; Camille Schmoll ; Emmanuel Szurek ; Clément Thibaud ; Hélène Thiollet ; Philippe Urfalino ; Aurélie Varrel ; Sebastian Veg ; Cécile Vidal ; Isabel Yaya McKenzie
Read the program
© Janvier 2022 – École des hautes études en sciences sociales.
Tous droits réservés.

École des hautes études en sciences sociales
54, boulevard Raspail – 75006 Paris (France)

international@ehess.fr

Séminaire Asie maritime : Du port au grand large, les gens de mer et leurs cultures – Veronica Walker Vadillo, University of Helsinki – EHESS, Campus Condorcet, Salle A302, le jeudi 27 janvier, de 12h30 à 14h30

Séminaire Asie maritime :

Du port au grand large, les gens de mer et leurs cultures

Paola Calanca (EFEO/CCJ), Guillaume Carré (EHESS/CCJ), Pierre-Yves Manguin (EFEO/CASE)

EHESS, Campus Condorcet, Salle A302, le jeudi 27 janvier, de 12h30 à 14h30

(en présentiel et en vidéo : demande d’inscription vidéo auprès de paola.calanca@efeo.net)

Veronica Walker Vadillo, University of Helsinki

The Boat and the Plough:

Environmental context, traditional ecological knowledge, and the interpretation of archaeological sites in the lower Mekong River basin

The location of pre-Angkorian archaeological sites in the main course of the Mekong River Basin between Kratie (Cambodia) and Champassak (Laos) has been attributed to local populations’ attempts to control goods moving in and out of the hinterland based on Bronson’s model of river hierarchies in Southeast Asia. These interpretations have placed an emphasis on trade, in addition to rice cultivation, as a marker for social complexity and wealth accumulation. In this presentation I will argue that the location of these sites can be linked to fish resources, and that social complexity can be similarly attributed to societal responses to fisheries management, adding to an increasing list of examples of convergence in cultural niche construction surrounding floodplain fishery in tropical river environments. In doing so, the essay reviews two data sets that are rarely used to discuss the selected archaeological material: regional fish ecosystems and traditional ecological knowledge of fishing practices among local communities. The location of these fishing grounds and the constraints that fishing resources impose on people is discussed in relation to archaeological data and livelihood activities related to fishing and fish processing.

Veronica Walker Vadillo is a maritime archaeologist specialized in Southeast Asia working as a postdoc at  the archaeology area in the Faculty of Arts, University of Helsinki, where she is the PI of the project Ports and Harbours of Southeast Asia supported by the University of Helsinki. She obtained her doctorate from the University of Oxford, for which she focused on Angkor’s riverine cultural landscape. The thesis analyzed the different ways in which the people of Angkor adapted to their environment in terms of practical usage (i.e., landscapes of communication and transport) and in terms of mind-set (i.e., cosmology and ritual behaviour).