Nouvelle parution : Nasir Abdoul-Carime, Éric Bourdonneau, Grégory Mikaelian & Joseph Thach (éds.),Temporalités khmères : de près, de loin, entre îles et péninsules, Berne, Peter Lang, 2021, 430 p. (ISBN : 978-3-0343-3804-2).


Avec les contributions de : Ang Chouléan, Nasir Abdoul-Carime, Cécile Barraud, Maurice Bloch, Éric Bourdonneau, André Iteanu, Daniel Lebaud, François Macé, Grégory Mikaelian, Dana Rappoport, Louise Roche, Joseph Thach, Luís Filipe F. R. Thomaz, Ashley Thompson, Sylvain Vogel.
Dans un précédent volume dont ce livre est en partie la continuation, une série d’enquêtes linguistiques, ethnographiques et historiques illustrait certains aspects des représentations du passé chez les Khmers, tandis que des spécialistes d’autres aires culturelles que l’Asie du Sud-Est apportaient un contre-point comparatif pour chacune des disciplines concernées. Ce premier jalon amenait à questionner plus avant la notion de temporalité. Le prisme comparatif retenu à nouveau dans cet ouvrage fait fond sur une double perspective insulaire et péninsulaire, celle de terres encerclées ou bordées par la mer. Aux propos concernant le royaume khmer, lui-même lové au cœur de la péninsule indochinoise, il appose ceux de spécialistes de la péninsule indienne, des îles insulindiennes, japonaises, papoues et malgache. Cette juxtaposition, qui étonnera peut-être, s’inscrit toutefois dans une tradition historiographique, celle des conceptualisations de l’aire culturelle sud-est asiatique, dans laquelle, de Paul Mus à Denys Lombard, l’au-delà des mers tient un rôle décisif dans l’appréhension des civilisations qui s’y nouent, entre océan Indien et mer de Chine.